EDF Energies Nouvelles devient EDF Renouvelables

Boucles de pluie solaire – Nasa Vusualization Studio

Le Groupe EDF a annoncé qu’EDF Energies Nouvelles devient EDF Renouvelables et que cette nouvelle identité traduit ses ambitions de doubler ses capacités dans l’éolien, le solaire et le stockage en France et dans le monde, entre 2015 et 2030.

Du point de vue de la politique énergétique, on s’en félicite. Du point de vue de la communication et de la marque, il n’est pas sûr que le choix du terme renouvelable soit très heureux.

Les énergies de sources éoliennes, solaires, marines, géothermiques ne sont pas renouvelables au sens propre du terme. Elles sont inépuisables à notre échelle de temps, mais par exemple l’hydrogène qui est transformé en hélium dans le soleil ne se renouvelle pas. Leur intérêt ne réside donc pas dans un caractère « renouvelable », mais dans le fait qu’elles sont décarbonées. Autrement, il y aurait assez de charbon, de pétrole et de gaz pour s’en passer.

En revanche, la seule source d’énergie qui peut être qualifiée de renouvelable c’est la biomasse, et elle est carbonée. La combustion de la biomasse contribue à court terme au réchauffement climatique, car sa neutralité carbone n’est pas vérifiée dans l’état actuel d’un excès croissant du dioxyde de carbone dans l’atmosphère, que les terres, les plantes et les océans ne peuvent plus absorber.

Cette remarque sémantique peut paraître insignifiante. Ce n’est pas le cas, car le sens des mots influe sur les choix politiques. Quand on met sur le même plan l’éolien, le solaire et des sources d’énergie carbonées, alors on peut aussi affirmer, par exemple, que le gaz est l’énergie du 21e siècle pour la transition vers une société décarbonée. Ou qu’il faut continuer à utiliser la combustion jusqu’en 2050 et au-delà.

Ce n’est pas ce nous expliquent les 700 scientifiques qui ont signé le 7 septembre dans le journal Libération un appel pour demander aux politiques français de lutter activement contre le réchauffement climatique. La fin de la combustion y est explicitement mentionnée. La marque Energies Nouvelles, après tout, ce n’était pas si mal…