Énergie : la Chine joue sur tous les tableaux

Le rapport sur la Chine, publié en janvier 2018 par l’Institute for Energy Economics and Financial Analysis (IEEFA) basé aux États-Unis, détaille l’importance croissante des entreprises et des investisseurs chinois pour les projets à faible émission de carbone à l’extérieur du pays, comme l’éolien, le solaire, les voitures, bus et camions électriques ainsi que les batteries, tout en soulignant la part encore importante du secteur énergétique chinois dans les centrales au charbon, en interne et à l’export.

La Chine est le plus grand émetteur du monde et reste fortement dépendante du charbon. Mais, bien que la Chine investisse encore dans des projets de charbon à travers le monde, il est devenu clair que les énergies renouvelables, l’efficacité énergétique et les voitures électriques vont devenir les technologies dominantes.

En 2016, les investissements chinois en production d’énergie ont été de 165 GW de sources renouvelables (éolien et solaire) et 55 GW de centrales en charbon. L’IEEFA a identifié de grands projets internationaux chinois d’énergie propre et des prises de contrôle totalisant plus de 44 milliards de dollars pour 2017, contre 32 milliards de dollars identifiés en 2016.

Selon Tallie, un groupe environnemental allemand, en juillet 2017, les entreprises énergétiques chinoises représenteraient près de la moitié des 700 nouvelles centrales au charbon qui devraient être mises en service au cours de la prochaine décennie dans le monde, dont 20 % hors de Chine.

Cependant, les plans du pays pour passer à un environnement propre alimenté par des préoccupations sur les impacts de la pollution de l’air plus que par le changement climatique, ainsi que son désir de se développer sur de nouveaux marchés, sont également bien avancés.

Solaire photovoltaïque

Jinko Solar a maintenu sa position de leader mondial des expéditions de modules solaires en 2017, soit environ 10  % du marché. L’entreprise occupe la première place sur le marché européen, deux sur les marchés chinois et japonais, la troisième en Inde et la quatrième aux États-Unis.

Solaire à concentration

Parallèlement, Shanghai Electric, filiale de State Power Investment Corporation (l’un des cinq premiers producteurs d’électricité chinois), va construire à Dubaï une usine d’énergie solaire à concentration (CSP) de 3,9 milliards de dollars en partenariat avec ACWA Power en Arabie saoudite. Ce serait le plus grand projet CSP du monde avec la tour solaire la plus haute du monde, à 260 m.

Éolien à l’export

Les grandes sociétés chinoises d’énergie éolienne, telles que China Energy Investment Corporation, le plus grand développeur d’énergie éolienne au monde, ont poursuivi leur expansion à l’international en 2017, notamment en Grèce.

En mai, une autre entreprise chinoise, Xinjiang Goldwind, a annoncé l’achat du projet éolien Stockyard Hill de 530 MW à Victoria, le plus grand parc éolien d’Australie.

Xinjiang Goldwind est également le troisième plus grand fabricant d’éoliennes au monde, avec des projets d’expansion outremer à partir de son marché essentiellement domestique. L’entreprise vise à atteindre 2 GW de commandes aux États-Unis, au Canada et au Mexique d’ici 2020.

Hydroélectricité

La Chine a toujours été un acteur international majeur dans le domaine de l’hydroélectricité, et les grandes sociétés hydroélectriques chinoises continuent d’être actives à l’étranger, avec des domaines d’intérêt tels que l’Amérique latine, l’Afrique et l’Asie.

Réseaux de transport et de distribution électriques

L’accent mis sur l’investissement étranger par la State Grid Corporation de Chine — la plus grande société d’électricité au monde, classée deuxième sur la liste Fortune Global 500 de 2017 — cadre bien avec les ambitions du pays dans le domaine des énergies renouvelables.

L’entreprise est aujourd’hui la plus grande entreprise de distribution d’électricité au Brésil et un acteur majeur en Égypte et au Pakistan. Elle a également plusieurs schémas de « supergrids » transcontinentaux, y compris pour une connexion de réseau reliant la Mongolie, la Chine, la Russie, la Corée du Sud et le Japon.

Efficacité énergétique

La Chine investit également massivement dans le marché en plein essor de l’efficacité énergétique, représentant la moitié de l’investissement de 2,2 milliards de dollars dans l’efficacité énergétique en 2016. La Chine est également le plus grand marché des compteurs intelligents avec près de 500 millions de mètres installés, soit plus de six fois plus que les États-Unis, le deuxième plus grand marché.

Un exemple clé est la société Wasion Group basée à Hong Kong, le plus grand fournisseur de compteurs intelligents et de gestion de l’efficacité énergétique en Chine. Selon le rapport, l’entreprise a pour objectif de devenir un acteur de premier plan à l’étranger et est déjà présente dans 30 pays, notamment au Bangladesh, en Indonésie, en Afrique du Sud, en Tanzanie et en Égypte.

Véhicules électriques

La Chine a le plus grand marché de véhicules électriques (EV) dans le monde, et certaines de ses entreprises fournissant une concurrence directe à des entreprises comme Tesla. En 2020, les ventes de VE des constructeurs chinois dépasseront largement celles de Tesla.

Le fabricant de batteries et de véhicules électriques BYD prévoit une expansion importante tant au niveau national qu’international, note le rapport, avec des camions électriques en particulier destinés à fournir une concurrence directe aux e-trucks de Tesla. L’entreprise dispose d’installations de production en Hongrie, au Brésil, en France, en Inde et au Japon. L’entreprise compte également 27 000 e-bus actuellement en service, principalement en Chine, bien qu’elle ait ouvert une nouvelle usine de production d’e-bus en Californie en octobre.

Geely, propriétaire de Volvo et de la London Electric Vehicle Company, BAIC Motor Corp, qui possède un centre de R et D en Californie et la nouvelle start-up Nio, est également présent en Chine.

Leur avance sur la technologie EV permettra aux entreprises chinoises de devenir des leaders du marché mondial. «

Batteries et nouveaux matériaux énergétiques

Les batteries et les métaux nécessaires à leur fabrication suscitent un intérêt croissant en Chine, indique le rapport. Le gouvernement chinois a appelé l’année dernière ses fabricants de batteries à doubler leur capacité d’ici 2020 et à commencer à investir dans des installations de production à l’étranger. Les livraisons de batteries au lithium-ion de la Chine ont augmenté de 80 % en 2016 par rapport à 2015.

Selon Bloomberg New Energy Finance (BNEF), la capacité des batteries lithium-ion de la Chine devrait atteindre 121 gGWh de capacité de production de batteries d’ici 2020.

Le fabricant de batteries à la croissance la plus rapide du pays, Contemporary Amperex Technology Ltd (CATL), vise à produire plus de capacité de batterie que Tesla d’ici 2020 et a déjà des arrangements d’approvisionnement en batteries avec BMW et Volkswagen. BYD établit également des marchés en Europe, en Australie et aux États-Unis, où il déclare détenir 25 % du marché des systèmes de stockage d’énergie.

Positionnement international

Les années 2018 et 2019 devraient voir apparaître un leadership d’entreprise plus clair et plus distinctif au fur et à mesure que les champions chinois de l’énergie deviennent plus confiants dans leur expertise en énergie renouvelable. »

L’accent mis par l’administration Trump sur le charbon plutôt que sur les énergies renouvelables permettra également à la Chine de consolider davantage son leadership dans la transition énergétique mondiale.

L’expansion des prêts à l’étranger par les banques chinoises contraste avec les tendances des banques européennes et américaines, qui ont réduit leur exposition internationale. En 2016, trois des « quatre grands » ont enregistré pour la première fois des taux de croissance plus élevés pour les prêts à l’étranger que pour les prêts intérieurs. Les banques « Big Four » ont récemment dominé les classements de prêts syndiqués en Asie-Pacifique.

Historiquement actives dans le soutien des ambitions des entreprises chinoises à l’étranger, les banques cherchent maintenant à se diversifier vers davantage d’emprunteurs internationaux. Parmi les autres banques commerciales chinoises, China Merchants Bank et China Everbright Bank, ont vu leurs prêts à l’étranger augmenter respectivement de 72 % et 81 % en 2016. Au cours du premier semestre 2017, les prêts à l’étranger de la China Merchants Bank se sont stabilisés. Mais China Everbright Bank a augmenté ses prêts à l’étranger de 25 %.

Au lieu d’adopter une position de leadership manifeste sur les mesures de financement climatique alors que les États-Unis abdiquent leur responsabilité, la Chine adoptera une attitude plus discrète qui attirera les louanges pour ses effets sur l’expansion des nouvelles technologies énergétiques tout en suscitant moins de critiques du fait de ses projets de combustibles fossiles que si elle devait assumer un rôle de leadership plus important. «

http://bit.ly/enreddieefa